Vous êtes ici :   Accueil » De Grand’Est hät ken eijeni Sproch!
 
    Imprimer la page...
 

 De Grand’Est hät ken eijeni Sproch!

Leitàrtikel Heimet 253

De Grand’Est hät ken eijeni Sproch!

ken eijeni Sproch, ùn ìsch äu ken èjes Volk. Àwer von dem welle die pàriser Màchthelde nix wìsse. Wàs züe de Nàtion gheert müess einfàch glichförmig üssahn ùn e soo danke, nàtierlig äu e soo redde. Ùn de Grand Est ìsch e Mìttel fìr die Einheitform besser àn d Tàtsàch ze brìnge. Ùn doo wälle mìr nàtierlig nìt mitmàche. Doo degèje müen mìr ùnseri Kultur ùn ùnseri Sproch dùrich setze. Doch müen mìr ùns äu einige, dàss in dem Kulturkàmpf ken Spàlte vorkùmme. Ùnseri Sproch müen m’r in sinre Vielfàlt ìwergan. Àlemànnisch, Fränkisch, Schrìftditsch, ùsw. In jedere Läuj kommt ‘s meh oder weniger ànderscht vor. Ùnseri Identität; in jedem sini Identität, kommt nìt ìwweràl ùf d’salb Àrt vor, soo wie im Landel d Làndschàfte, d Tag ùn d Johreszitte ànderi Bilder biete. Soo schribt ‘s de Amin Maalouf (von de Académie française zìtter 2011). Ùnseri Reddesàrte nàtierlig äu, e soo wie ùnseri Schrìftàrte. In de Frànzoose entgèje kànn m’r ‘s Elsassische àls Sproch beditte. Im ditsche Gebiet geht’s züe de ditsche Reddesàrte, Wàs ‘s Schriwe ànbelàngt, ìsch ‘s nàtierlig, dàss m’r in ùnserem Wortschàtz schriwe, àwer ‘s genannte Hochditsch kànn m’r in viele Sitüatione nìt verweigere. Eini Hànd wasch d Ànder – Ein Wort trìfft ‘s Àndere ùn nùr mìt gsùndem Menscheverstànd züe de Vielfàltigkeit von ùnserem Erbgüet känne m’r vorwarts komme, ùn ùns einig gèje die wi ùnsere Salbschtbewùstsein welle vernichte, kampfe.

Scheeni Ferie in àlle.

Rémy Morgenthaler, Président

Pas de parler spécifique au Grand Est

pas de langue régionale qui identifierait un peuple de « grandestiens ». Mais ce constat échappe aux autorités parisiennes. Pour elles, tout ce qui est intégré à la nation se doit de tendre vers une uniformité et le Grand Est est un instrument de plus pour nous y contraindre. Nous ne pouvons honnêtement y adhérer. Notre devoir est de transmettre nos valeurs culturelles et notre langue. Mais pour y parvenir, il nous faut être unis afin d’éviter de dangereuses infiltrations. Ainsi, notre langue se doit d’être transmise en ses différentes expressions : alaman, francique, allemand standard, etc. A chaque situation ce qui convient. Tout comme chacun d’entre-nous est identifié différemment en fonction des situations, un peu comme les paysages de notre Landel au cycle des saisons : comme l’affirme l’académicien Amin Maalouf : « Nous avons une identité propre à chacune de nos rencontres ». Il en est ainsi de nos expressions, y compris linguistiques. En France, nous affirmons parler une langue originale. Dans l’espace germanophone, nous pratiquons un parler spécifique d’un ensemble linguistique. Il nous est donné d’écrire notre Elsasserditsch mais loin de nous d’écarter la forme standard dite « Hochditsch » là où cela s’impose. Notre espace linguistique est libre et nous nous devons, pour pérenniser nos spécificités, de tolérance et d’ouverture d’esprit. Il nous faut absolument éviter des brèches à l’avantage de nos détracteurs.

Heureux temps de vacances à tous.

Rémy Morgenthaler, Président


Date de création : 04/07/2024 21:01
Catégorie : Publications - Leitàrtikel
Page lue 131 fois

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !